theatre-contemporain.net artcena.fr

Photo de Armel Veilhan

Armel Veilhan

France – Né(e) en 1964

Suivre aussi Armel Veilhan sur :

Présentation

Armel Veilhan - Musicien et comédien, Metteur en scène, Auteur.

Armel Veilhan est né en 1964 à Strasbourg. Après des études de piano (Médaille d’Or au Conservatoire de Nantes), il se tourne définitivement vers le théâtre à l’âge de vingt ans. Sa première expérience, c’est Antoine Vitez et Ctibor Turba qui la lui offrent au TNP en 1984 pour la création de La Traversé du dessert, un spectacle de clowns pour le jeune public. En 1989, auprès de Francis Huster dans Lorenzaccio d'Alfred de Musset au Théâtre du Rond-Point à Paris.

Puis, jusqu’en 1994, il se forme auprès du metteur en scène Françoise Merle et de sa troupe en créant plus de onze spectacles (Marivaux, Maeterlinck, Molière, Isabelle Eberhardt, la poétesse Sylvia Plath, Tchékhov, Merle...) en Île-de-France (Théâtre des Bouffes du Nord, Théâtre des Arts Cergy Pontoise, Théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet, Théâtre de la Cité Universitaire …) et en tournée (France, Belgique, Maroc et Algérie avec le soutien de l’AFAA).

En 1995, il quitte sa première famille de théâtre avec l’idée de fonder sa propre compagnie et il joue sous la direction de Serge Pauthe et Mohamed Akel Akian – Brecht, Le Cercle de Craie Caucasien / Simon Chachava – Beaumarchais, Le Barbier de Séville / Comte Almaviva et Abdelkader Djemaï, Un Eté de Cendre, mise en scène de Sandrine Charlemagne au Théâtre National de Lille.

En 1999-2000, Armel Veilhan adapte et met en scène Tanguy, roman de Michel del Castillo. Il rencontre alors l’écrivain qui lui confie ses deux premières pièces Le Jour du destin et Une Répétition.

Il créé Une Répétition en 2002 (Prix des Journées des Auteurs de Lyon) dans une scénographie d’André Acquart. Cette première mise en scène, accueillie par Frédéric Hocquart et Ariel Cypel à Confluences (40 représentations) soulève une vive polémique à trois mois de l’ouverture de l’année de l’Algérie.

Ce texte est le premier volet d’un triptyque « Espoir et décadence » pour lequel sa compagnie, Théâtre A, est en résidence à l’Espace Culturel Confluences jusqu’en 2009.

En 2006, il adapte et met en scène Une scène jouée dans la mémoire d’après Charlotte Delbo, écriture scénique chorale pour six corps, le deuxième volet du triptyque.

Puis, en 2008-2009, il créé sa première pièce Brouillages, dernier volet du triptyque « Espoir et décadence » (38 représentations).

En 2010-2011, il met en scène avec Serge Gaborieau "Les Bonnes" de Jean Genet - 150 représentations, à Théâtre A et au Lucernaire (Paris 6ème) - ( reprise en 2012) et il joue Le Naufragé de Thomas Bernhard, adapté et mis en scène par Joël Jouanneau (L'Eldorado / Théâtre Vidy-Lausanne, et tournée 2013-2014 : La Manufacture-CDN de Nancy, la Maison de la Culture de Bourges...).

Armel Veilhan a fondé la compagnie Théâtre A 1998 - 2019, une compagnie organisée en collectif en 2009 (Marie Fortuit, Violaine Phavorin comédiennes, et Jacques-Benoît Dardant scénographe) et installée aux Lilas (93) à LA MAILLE, ancien entrepôt transformé en fabrique théâtrale par l'équipe artistique.

Diplômé d’Etat, il ne sépare pas son activité de metteur en scène de celle de pédagogue.

Avec Théâtre A, il a crée et animé un espace de formation et de laboratoire théâtral de 2001 à 2014 « Un Cours Alternatif » où se sont formés de nombreux jeunes comédiens.

ECRITURE:

Au théâtre : Brouillages, (éditions Les Mandarines 2008) et Blanches (inédit 2009)

En 2006, son premier roman Un enfant dans l’hiver est publié aux éditions Albin Michel (préface de Michel del Castillo / Prix des Bibliothécaires de la Ville de Paris).

En 2011, il écrit son deuxième roman Un jour que je ne connais plus publié en 2018 sous le titre Au nom de Sarah sélectionné par le Mémorial de la Shoah pour la rentrée littéraire 2018.

2016 : Les Herbes hautes (Théâtre)

2018 : Iphigénie 14 (Théâtre)

Adaptations :
Tanguy de Michel del Castillo
Paris-Alger Un Possible Amour, d’après l’œuvre poétique de Jean Sénac
Chocolat chaud de Rachid O
La Haine ou l’Amour, comme il vous plaira, d’après As you like it de Shakespeare
Une scène jouée dans la mémoire de Charlotte Delbo
Le Refus d'Imré Kertsz

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.