Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Anthony Poupard

Dernières critiques

Image de J'ai bien fait ?

Le Telegramme

jeudi 07 février 2019

Rencontre avec des comédiens de « J’ai bien fait »

Par Félix Le-Dantec

Découvrir le théâtre en allant au spectacle, c’est bien. Travailler avec les comédiens de la compagnie le lendemain de la représentation, c’est encore mieux. C’est ce qu’ont pu faire des élèves du lycée Félix-Le Dantec....

Lire l'article sur Le Telegramme

Image de J'ai bien fait ?

Sceneweb

lundi 19 novembre 2018

J’ai bien fait ? : la crise de nerfs salutaire de Pauline Sales

Par Vincent Bouquet

Au Théâtre de la Tempête, l’autrice et metteuse en scène dissèque le malaise existentiel d’une quarantenaire en proie au doute contemporain. Grâce à la performance toute en finesse d’Hélène Viviès, c’est un ensemble, puissamment réflexif, qu’elle réussit à déployer....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de J'ai bien fait ?

Théâtre du blog

dimanche 18 novembre 2018

"J’ai bien fait ?", une enseignante modèle aux prises avec son métier

Par Mireille Davidovici

Oui, Pauline Sales a bien fait d’interroger notre société à travers Valentine, une enseignante modèle aux prises avec son métier, son couple et ses enfants, un frère artiste, et des parents vieillissants. Et bien d’autres questions traitées ici avec humour et profondeur. Son écriture, aux aguets du monde tente « d’attraper quelque chose de notre temps.» «J’ai essayé, dit-elle, de partir...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Image de George Dandin

Critiques théâtres Paris

lundi 29 octobre 2018

La descente aux enfers de George Dandin

Par Philippe Chavernac

C’est une pièce qui est peu mise en scène et Jean-Pierre Vincent a su l’actualiser, la rendre légère (dans la forme) et grave à la fois......

Lire l'article sur Critiques théâtres Paris

Image de George Dandin

lejsl.com

mercredi 10 octobre 2018

Georges Dandin, la violence de la farce

Par Claude Clerc

En 2018, Jean-Pierre Vincent crée Georges Dandin ou le mari confondu, une comédie jouée pour les fêtes de Versailles en juillet 1668. Une farce cruelle qui parle de la société… telle qu’elle n’a guère changé....

Lire l'article sur lejsl.com

Image de George Dandin

Club de Mediapart

mardi 09 octobre 2018

1958-2018 : « Georges Dandin », de Roger Planchon à Jean-Pierre Vincent

Par Jean-Pierre Thibaudat

Soixante ans après Planchon, Vincent met en scène « Georges Dandin ». Une mise en scène historique chasse l’autre. La cruauté de Molière qui n’a d’égal que son rire, se porte bien, tout comme l’increvable « nouvel usage des classiques »....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Image de George Dandin

hottello

samedi 06 octobre 2018

Dandin dans George Dandin est un niais

Par Véronique Hotte

Dandin dans George Dandin est un niais, un héros-repoussoir pour les mondains du XVII è siècle. Son monologue initial de déploration comique a tout anticipé, mais trop tard:...

Lire l'article sur hottello

Image de George Dandin

Un fauteuil pour l’orchestre

mercredi 03 octobre 2018

Georges Dandin démontre encore une fois la lucidité de Molière sur ses contemporains.

Par Denis Sanglard

Georges Dandin ou le mari confondu démontre encore une fois la lucidité de Molière sur ses contemporains. Pas plus farce que ça, ce Georges Dandin là est d’une violence et d’une cruauté qui vous abasourdies. La lecture abrasive et pertinente, politique, qu’en fait Jean-Pierre Vincent remet tout à plat et démontre combien l’atrabilaire Jean-Baptiste Poquelin avait sur ses contemporains une vision acérée et terrible. Dépouillée de la pastorale la...

Lire l'article sur Un fauteuil pour l’orchestre

Image de George Dandin

Le Monde.fr

mercredi 26 septembre 2018

Jean-Pierre Vincent, une histoire française

Par Fabienne Darge

A 76 ans, le metteur en scène reprend un formidable « George Dandin » à la MC93 de Bobigny, avant de partir en tournée....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Image de Littoral

Le Petit Rhapsode

dimanche 12 août 2018

Le voyageur avec bagage...

Par Richard Magaldi-Trichet

Dérangé par les sonneries du téléphone à la seconde orgasmique d'un coït désagréablement interrompu, Wilfrid va apprendre la mort de son père. Désormais investi de la responsabilité de son enterrement, il n'aura de cesse de lui trouver un endroit pour une sépulture digne de ce nom…

Lire l'article sur Le Petit Rhapsode