theatre-contemporain.net

Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Alexandre Aubry

France

Dernières critiques

Image de Quand le diable s'en mêle

Les Trois Coups

mercredi 12 août 2015

Drôle de farce

Par Michel Dieuaide

Au château de Grignan, L’Entêtement amoureux, compagnie animée par Didier Bezace, présente « Quand le diable s’en mêle ». À revoir, mais ailleurs....

Lire l'article sur Les Trois Coups

Image de Quand le diable s'en mêle

Théâtre au Vent

lundi 03 août 2015

les problèmes de couples mélangés aux questions domestiques, n’ont pas d’âge,

Par Eelyne Trân

Qu’est venu faire Feydeau au Château de Grignan ? A-t-il été invité par le diable en personne à l’occasion des fêtes nocturnes ? Certainement car les pièces en un acte réunies par Didier Bezace évoquent toutes l’enfer, l’enfer de la vie conjugale ou les misères ordinaires de la vie de couple.

Lire l'article sur Théâtre au Vent

Image de Que la noce commence

Les Trois Coups

lundi 18 février 2013

Vive les gens de peu !

Par Michel Dieuaide

Lors de la projection d’« Au diable Staline, vive les mariés ! », film du réalisateur roumain Horațiu Mălăele, Didier Bezace a eu un coup de cœur. Avec la complicité à l’adaptation de son ami Jean-Louis Benoît, il signe la mise en scène de « Que la noce commence ! », un conte populaire haut en couleur et en engagement, une fable tragi-comique sur la vie quotidienne des oubliés de la démocratie. Superbe...

Lire l'article sur Les Trois Coups

Image de Que la noce commence

dans la tête du spectateur:

jeudi 07 février 2013

Quand le cinéma fait place au théâtre

Par Saad

Si comme votre serviteur, vous aviez déjà vu Au diable Staline, vive les mariés, vous saviez déjà que vous auriez affaire à une belle histoire. On part donc sur une valeur sûre. Ce qui est intéressant ici, c’est donc de voir la transposition au théâtre proposée par Didier Bezace, et le résultat est très plaisant à voir, car on est bien au théâtre, avec des effets qui fleurent bon l’artisanat : pas ...

Lire l'article sur dans la tête du spectateur: