Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Photo de Albert Camus

Albert Camus

France – 1913 - 1960

Présentation

Auteur, romancier, dramaturge et essayiste et interprète.

1913- 1932 / Une enfance pauvre
Albert Camus naît à Mondovi (Algérie) le 7 Novembre 1913. Il est le second enfant de Lucien Camus, ouvrier agricole et de Catherine Sintes, une jeune servante d'origine espagnole qui ne sait pas écrire et qui s'exprime difficilement. Lucien Camus est mobilisé pendant la première guerre mondiale et meurt lors de la Bataille de la Marne.
Le jeune Albert ne connaîtra pas son père. Sa mère s'installe alors dans un des quartiers pauvres d'Alger, Belcourt. Grâce à l'aide de l'un de ses instituteurs, M. Germain, Albert Camus obtient une bourse et peut ainsi poursuivre ses études au lycée Bugeaud d'Alger. Il y découvre à la fois les joies du football (il devient le gardien de but du lycée) et de la philosophie, grâce à son professeur Jean Grenier. Il est alors atteint de la tuberculose, une maladie qui plus tard, l'empêchera de passer son agrégation de philosophie.

1932-1944 / Le militant et le résistant
Il obtient son bac en 1932 et commence des études de philosophie. Cette année-là il publie ses premiers articles dans une revue étudiante. Il épouse en 1934, Simone Hié et doit exercer divers petits boulots pour financer ses études et subvenir aux besoins du couple. En 1935, il adhère au parti communiste, parti qu'il quittera en 1937. En 1936, alors qu'il est diplômé d'Etudes Supérieures de philosophie, il fonde le Théâtre du Travail et il écrit avec 3 amis Révolte dans les Asturies, une pièce qui sera interdite. Il joue et adpate de nombreuses pièces : Le temps du mépris d'André Malraux, Les Bas-Fonds de Gorki, Les frères Karamazov de Dostoïevski. En 1938, il devient journaliste à Alger-Républicain où il est notamment chargé de rendre compte des procès politiques algériens.
La situation internationale se tend . Alger-Républicain cesse sa parution et Albert Camus part pour Paris où il est engagé à Paris-Soir. C'est le divorce d'avec Simone Hié, et il épouse Francine Faure.
En 1942 il milite dans un mouvement de résistance et publie des articles dans Combats qui deviendra un journal à la libération. Cette année-là il publie L'Etranger et Le Mythe de Sisyphe chez Gallimard . Ces deux livres enflamment les jeunes lecteurs et valent à Albert Camus d'accéder, dès cette année-là, à la notoriété.
En 1944 il fait la rencontre de Jean-Paul Sartre. Ce dernier souhaiterait qu'il mette en scène sa pièce Huis Clos. C'est l'époque où les deux philosophes entretiennent des rapports amicaux : "l'admirable conjonction d'une personne et d'une œuvre" écrit Sartre de Camus. Leurs relations vont pourtant s'envenimer jusqu'au point de non retour.

1945-1957 / Le témoin engagé
En 1945, c'est la création de Caligula, qui révélera Gérard Philippe. Deux ans après, il publie La Peste qui connaît un immense succès. C'est cette année-là qu'il quitte le journal Combat.
En 1951, publication de l'Homme Révolté qui vaut à Camus à la fois les foudres des surréalistes et des existentialistes. Des surréalistes tout d'abord : André Breton est furieux des propos de Camus sur Lautréamont et Rimbaud. Les existentialistes se déchaînent quant à eux, en publiant un article très critique dans Les temps Modernes, revue dont le directeur n'est autre que Jean-Paul Sartre. L'année suivante ce sera la rupture définitive entre Camus et Sartre.
Albert Camus subit alors avec une grande douleur la situation algérienne. Il prend position, dans L'Express, au travers de plusieurs articles où il montre qu'il vit ce drame comme un "malheur personnel". Il ira même à Alger pour y lancer un appel à la réconciliation. En vain.
En 1956, il publie La Chute ; une œuvre qui dérange et déroute par son cynisme et son pessimisme.

1957-1960 / Le Nobel, la mort
Albert Camus obtient le prix Nobel en octobre 1957 " pour l'ensemble d'une œuvre qui met en lumière, avec un sérieux pénétrant les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes". Il a alors 44 ans et est le neuvième français à l'obtenir. Il dédie quant à lui son discours à Louis germain, l'instituteur qui en CM2 lui a permis de poursuivre ses études. Il est félicité par ses pairs, notamment Roger Martin du Gard, François Mauriac, William Faulkner. Lui pourtant regrette : il aurait souhaité que cette distinction revienne à André Malraux, son aîné, qu'il considère aussi comme un maître. 3 ans après, le 4 janvier 1960, il se tue dans un accident de voiture. Le destin. Alors qu'il avait prévu de se rendre à Paris par le train, Michel Gallimard lui propose de profiter de sa voiture. Près de Sens, pour une raison indéterminée, le chauffeur perd le contrôle du véhicule. Albert Camus meurt sur le coup. On retrouve dans la voiture le manuscrit inachevé du Premier Homme. Dans l'une de ses poches, il y avait également un billet de chemin de fer.

Œuvres
- Révolte dans les Asturies (1936) Essai de création collective
- L'Envers et l'Endroit (1937) Essai
- Noces (1939) recueil d'essais et d'impressions
- Le Mythe de Sisyphe (1942) essai sur l'absurde
- L'Étranger (1942) Roman
- Le Malentendu (1944) Pièce en 3 actes
- Réflexions sur la Guillotine (1947)
- La Peste (1947 ; Prix de la critique en 1948) Roman
- L'État de siège (1948) Spectacle en 3 parties
- Lettres à un ami allemand (1948 ; publié sous le pseudonyme de Louis Neuville)
- Les Justes (1949) Pièce en 5 actes
- Actuelles I, Chroniques 1944-1948 (1950)
- L'Homme révolté (1951) Essai
- L'Artiste en prison (1952) préface à Oscar Wilde
- Actuelles II, Chroniques 1948-1953
- L'Été (1954) Essai
- La Chute (1956)
- L'Exil et le Royaume (Gallimard, 1957)
- nouvelles (La Femme adultère, Le Renégat, Les Muets, L'Hôte, Jonas, La Pierre qui pousse)
- Réflexions sur la peine capitale (1957) En collaboration avec Arthur Koestler.
- Chroniques algériennes, Actuelles III, 1939-1958 (1958)
- Les Possédés (1959) adaptation au théâtre du roman de Fedor Dostoïevski
- Carnets I, mai 1935-février 1942 (1962)
- Carnets II, janvier 1942-mars 1951 (1964)
- Carnets III, mars 1951-décembre 1959
- La Mort heureuse (1971) Roman
- Le Premier Homme roman inachevé

Adaptations théâtrales
Albert Camus adapta différentes pièces de théâtre étrangères.
- 1944 : Animation de la lecture chez Michel Leiris de Le Désir attrapé par la queue de Pablo Picasso
- 1953 : La Dévotion de la croix de Pedro Calderón de la Barca
- 1953 : Les Esprits de Pierre de Larivey, adaptation et mise en scène Albert Camus, Festival d'Angers
- 1955 : Un cas intéressant de Dino Buzzati
- 1956 : Requiem pour une nonne de William Faulkner, adaptation et mise en scène Albert Camus, Théâtre des Mathurins

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.