Recherche, contacts

Cherche partenaire pour création autour de la virilité

Annonce #85344
  • Postée le 04/10/2019 à 11:25 par Xabii ( contacter )
  • Lieu : Bordeaux (33000)

Avant d’être comédien, auteur, ou metteur en scène, d'avoir 49 ans, d'être français, etc. mon identité première, c’est: mec. Et j'aime ça. Seul en scène, sans échange, ça m'emmerde d’avance, je cherche donc un partenaire pour créer quelque chose autour de la virilité. A son paroxysme. Travailler sur les mots, les émotions, mais aussi les muscles, les poils. Un spectacle de chair et d’os et de testostérone. Pas une énième grosse comédie autour des thèmes du machisme ou des rapports homme-femme ou des monologues du pénis etc. Autre chose. Quoi? Je ne sais pas, mais couillu. A cogiter. Créer quelque chose où le texte prend chair autant que les comédiens s’incarnent. Censure interdite. Si tu es intéressé, que tu sois pro ou amateur (en tout cas tout sauf le stéréotype du cômmmédien égocentré et névrosé) contacte moi.

Mes univers pêle-mêle: Bertrand Blier, Virginie Despentes, Marguerite Duras, Larry Clark, Edward Albee, Jean Genet, Rodrigo Garcia etc. etc.

Un extrait d’un truc que j’ai écrit, “MÉCANIQUE”.

"Leurs corps de chair se sont maintenant engouffrés tout entier dans son corps mécanique. Par les portières béantes circule l'air bien sûr, respiré, filtré, recyclé, mais les mots aussi, leurs mots à tous les deux, de bruine et de gaz carbonique, qui tournoient, s'évaporent, rejoignent les constellations des mots éteints. Peut être les pins la captent-ils, cette fréquence bien en deçà du champ auditif humain sur laquelle les mots fossiles continuent de vibrer, peuple fantôme qui règne sur le silence. Ces phrases, courtes, crues, où ils se disent leur plaisir, éructent chacun leur excitation qui alimente celle de l'autre, vont onduler hors de la voiture et se mélanger à d'autres phrases disloquées, d’autres gens, d'autres époques, d’autres mots d’autres jouissances, certains désuets, d'autres plus modernes, les spectres déjà anciens accueillant les nouveaux, les incluant dans une farandole lascive dans l’au-delà des mots où se mélangent, sans préjugé aucun, cultures, idiomes, mœurs, âges, religions, et qui culmine dans une partouze lexicale éternelle. Mais dans la voiture, les corps qui se savent, eux, promis à la putréfaction ou aux cendres, qui savent n'avoir de vie que terrestre, que matérielle, à durée limitée, réclament leur au-delà à eux, leur immortalité à eux, et l’orgasme les précipitera dans cette mort provisoire dont ils reviendront, cette implosion d’hormones, overdose qui les tue pour mieux les ramener à la vie. Et, puisque interdits d'éternité, peaux, fibres musculaires, glandes, nerfs, ligaments, se ligueront pour défier ce Dieu qui méprise et abandonne cette prodigieuse machinerie organique aussitôt que créée par Lui: ils Le renieront dans une jouissance qui jouira elle-même d'être stérile et vengera cette injustice dans un cataclysme des sens qui ne créera rien de noble, de pur, de sacré."