Rechercher
 
vous êtes ici : Accueil Spectacles La Princesse Maleine Cryogénie : la Maleine de Kirsch
Partager cette page » 
 
 
 

L'Insensé

Cryogénie : la Maleine de Kirsch

Par Jérémie Majorel publié le 2017-07-16

Pascal Kirsch gratte et écorne le vernis poétique, merveilleux et symboliste de cette première pièce de Maeterlinck, il brise la glace, il excave le compost peu ragoûtant dont se nourrissent les jolies fleurs éthérées....

Lire l'article (site externe)

On en parle dans la presse et sur le web

L'insensé

Maeterlinck inouï, ou l’impossible Princesse Maleine de Pascal Kirsch

Par Arnaud Maïsetti publié le mardi 18 juillet 2017

Maeterlinck est-il possible aujourd’hui ? Et avec son théâtre, le monde qu’il soulève, les forces souterraines, l’invisible des puissances qui laminent ? Pascal Kirsch ose le scrupule et choisit de suivre l’écriture jusque dans ses folies inouïes. Mais que reste-t-il de Maeterlinck sans les profondeurs, sans l’invisible, sans le dedans ? Et se dire que c’est peut-être Maeterlinck qui est devenu inaccessible désormais…... Lire l'article (site externe)...
 

Profession Spectacle

La rencontre avortée entre Pascal Kirsch et Maurice Maeterlick

Par Pierre Monastier publié le lundi 17 juillet 2017

Dès la première scène et l’entrée d’un chantre grand-guignolesque, nous savons que nous allons assister à un échec magistral. Pourquoi magistral ? Parce que les choix scéniques et la portée du jeu sont admirablement travaillés… en vain. La lecture que Pascal Kirsch fait du drame écrit par Maurice Maeterlinck cherchait à unir le tragique et le grotesque en une même geste effroyable ; il ne reste au final qu’un rire fatigué devant une adaptation... Lire l'article (site externe)...
 

L'insensé

La justesse du faux. Leçon d'équilibrisme par Pascal Kirsch

Par Chloé Larmet publié le dimanche 16 juillet 2017

Le spectacle proposé par Pascal Kirsch se joue de la beauté de la langue de Maeterlinck en proposant un jeu justement faux. Entre retenue et lyrisme, La Princesse Maleine déséquilibre l’écoute du spectateur de façon grisante et ludique et fait sentir, par instant, une beauté à la gravité fragile.... Lire l'article (site externe)...
 

Carnet d'Art

Et ils ne vécurent pas heureux…

Par Kristina D'Agostin publié le samedi 15 juillet 2017

Dans le cloître des Célestins, Pascal Kirsch propose une création de La Princesse Maleine, première pièce de Maurice Maeterlinck, assez rarement mise en scène, qui interroge les rapports familiaux, ceux à l’avoir et à l’être à travers tout le grotesque de l’humanité. Pour ce récit, Maurice Maeterlinck a détourné un conte de Grimm Demoiselle Méline, la princesse qui raconte l’histoire de fiançailles avortées entre deux jeunes personnes...... Lire l'article (site externe)...
 

Sceneweb

Princesse Maleine : sous la poussière, Maeterlinck

Par Hadrien Volle publié le jeudi 13 juillet 2017

Au cloître des Célestins, Pascal Kirsch crée La Princesse Maleine, première pièce de Maurice Maeterlinck, avant une importante tournée pour la saison 2018-2019. Un spectacle sans éclat, à tel point qu’on se demande ce qu’il fait dans la programmation du festival.... Lire l'article (site externe)...
 

Club de Mediapart

Pascal Kirsch a le mal de Maleine

Par Jean-Pierre Thibaudat publié le mercredi 12 juillet 2017

Pascal Kirsch a l’art d’aller chercher des pièces peu ou pas ou jamais jouées. C’est le cas de « La Princesse Maleine », la première de Maurice Maeterlinck qui stupéfia Paris en 1890. Pascal Kirsch réhabilite cette pièce magnifique mais peine à restituer son côté vénéneux dans le cadre du Cloître des Célestins.... Lire l'article (site externe)...
 

l'insensé

Maleine : la princesse aux cils blancs

Par yannick Butel publié le mardi 11 juillet 2017

Dans ce lieu incroyable qu’est le Cloître des Célestins où platanes et murs historiques intouchables imposent scénographie, dramaturgie et jeu, Pascal Kirsch reprend La Princesse Maleine de Maeterlinck. Un travail d’une attention rare, construit sur le principe d’une esthétique du tableau (classique et baroque) où les écrans figurent le passage où se croisent tantôt les paysages extérieurs, tantôt les espaces intérieurs (cérébraux) aux prises avec l’imaginaire. Exercice baroque pour rendre un texte fou… Lire l'article (site externe)...
 

Fabienne Pascaud

“Princesse Maleine” ou les illusions désenchantées

Par Télérama publié le lundi 10 juillet 2017

Plaisir de voir une pièce trop peu jouée – la première composée par le symboliste Maurice Maeterlinck (1862-1949) et encensée à la création au Théâtre de l’œuvre, à Paris (1889) par le romancier et critique Octave Mirbeau… Plaisir de réentendre ces phrases claires et obscures à la fois, terribles et douces, empreintes de mort, de magie et de passion, et lointainement inspirées du conte des frères Grimm, Demoiselle Méline, la princesse…... Lire l'article (site externe)...
 
 
Masquer la bannière