Rechercher
 
vous êtes ici : Accueil Évènements Carnet d'hiver #1
Partager cette page » 
 

Carnet d'hiver #1

jeu. 07/12/17 à Toulouse - Cave Poésie - René Gouzenne

Le Centre Odradek/Compagnie Pupella-Noguès organise le 7 décembre à la Cave Poésie de Toulouse une journée de rencontres et spectacle, premier volet d’un cycle de rencontres sur l’écriture contemporaine du théâtre de marionnettes.
Ce premier rendez-vous, intitulé Carnet d’Hiver #1, a pour titre « Une dramaturgie des corps et des gestes ».
Cette journée est organisée en partenariat avec la Cave Poésie, l’Université Toulouse Jean Jaurès et le Festival IF de Barcelona.

Écrire pour le théâtre de marionnette, c’est écrire pour des corps connus ou fantasmés, qui se feront porteurs de cette parole pour l’adresser au spectateur… Mais c’est aussi une façon de questionner la représentation, de penser sa théâtralité : d’imaginer dès l’écriture dramatique un dispositif scénique.
Existe-t-il une forme particulière de dramaturgie pour le théâtre de marionnettes contemporain ? Quels sont les procédés liés à la création d'un spectacle de marionnettes, aujourd'hui ? Telle est la question que nous avons eu envie de poser à des artistes marionnettistes de France et d’Ailleurs, accueillis au Centre Odradek cette année, ainsi qu’à des auteurs, des chercheurs.
Ce n°1 des Cahiers d’hiver est consacré à la dramaturgie des gestes et des corps.
Avec la complicité de Hélène Beauchamp et Flore Garcin - Marrou (Université Jean Jaurès de Toulouse).
Le théâtre de marionnette contemporain ne peut se réduire à une seule forme et puise au contraire dans la diversité des langages artistiques. La danse, le mime, la vidéo, le cirque, la performance sont convoqués : un dialogue s’installe dans un même espace, l’espace d’un plateau.
Ce théâtre transpose le mouvement du vivant à ce qui est inerte, en lui donnant vie il transforme l’objet en sujet et crée un espace de l’indétermination.

Avec :
-Claire Heggen codirectrice du Théâtre du mouvement
-Toni Rumbau, fondateur de la revue PUPPETRING, directeur du Festival IF Barcelona
–Sacha Poliakova, Anna Ivanova, Compagnie Samoloet(Russie)
-Flore Garcin Marrou, Maître de conférences en Etudes théâtrales, Responsable L1, L2, Relations internationales Art&com Université Toulouse Jean Jaurès - LLA CREATIS
-Federica Porello, Xavi Moreno, Barcelona, projet Wewood
-Nora Jonquet, Toulouse, Compagnie Et Moi
-Glenn Cloarec, Juliette Nivard, Compagnie les Philosophes Barbares -Alfred Casas, directeur du département scénographie et marionnettes, Institut du Théâtre Barcelone
Hélène Beauchamp, Maître de conférences en lettres, Université Jean Jaurès Toulouse, LLA CREATIS
-Éloi Recoing, dramaturge, directeur Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette et de l’Institut International de la marionnette
-Joëlle Noguès, Giorgio Pupella, directeurs de Odradek, Centre de création et développement pour les Arts de la marionnette. Programme :
14h30 1ère table ronde : « la marionnette théâtre du geste signe »
16h30 2ème table ronde : « de nouvelles écritures pour le théâtre de marionnette »
19h30 Spectacle « After Chekhov » de la Compagnie Samoloet

Le spectacle proposé en clôture de cette rencontre a été accueilli en janvier 2017 puis en juin 2017 à Odradek, dans le cadre d’un accueil en compagnonnage

spectacle "After Tchekhov Compagnie Samoloet

Créé en septembre 2017au festival Mondial des Théâtres de marionnettes de Charleville – Mézières.
Une coproduction du festival Mondial des Théâtres de marionnettes de Charleville – Mézières, de l’Atelier de L’Echalier, et du Centre Odradek.
Mise en scène : Anna Ivanova-Brashinskaya
Avec : Polina Borisova, Sacha Poliakova, Vitalia Saumuilova Musique : Roman Dymny

« Aujourd’hui, être Russe en restant fier de sa nationalité n’a plus de sens ; on n’en a plus le désir ni la possibilité. Mais à lui seul Tchekhov suffit à déculpabiliser notre identité. Chaque lecteur des Trois Sœurs d’Anton Tchekhov a sa propre interprétation de ces trois filles qui ne veulent pas tout délaisser pour retourner à Moscou, le lieu selon elles de leur appartenance. Je pense qu’il n’existe plus de « Moscou » (en tant que lieu de leur appartenance), plus de cerisaie, pas plus que n’existent ces trois sœurs elles-mêmes — ces trois sœurs qui à un moment donné avaient quitté leur patrie. Trois sœurs : trois perspectives, trois angles, trois vecteurs, trois fois rien. Trois sœurs, un destin ».
Anna Ivanova

 
Le 07/12/2017 14:00
Toulouse Cave Poésie - René Gouzenne
 
Vous aussi, proposez un évènement sur notre site en quelques clics !