Rechercher
 
vous êtes ici : Accueil Biographies Jean-Pierre Vincent Présentation

Jean-Pierre Vincent

France – Né(e) en 1942

 
Vous pouvez ajouter un lien vers
un site personnel ou un blog,
facebook, twitter, linkedin
 

Biographie

Le parcours de Jean-Pierre Vincent, c'est celui de toute une génération : celle formée à l'école du groupe théâtral du Lycée Louis-le-Grand. C'est là qu'il rencontre Michel Bataillon, Jérôme Deschamps mais surtout Patrice Chéreau, en 1959. Rencontre de la scène où il débute, en qualité de comédien, la même année, dans Amal et la lettre du roi de Rabindranâth Tagore. Quatre ans plus tard, il signe son premier essai de mise en scène avec La Cruche cassée de Kleist, suivie de Scènes populaires d'Henri Monnier. Puis, il joue dans les premiers spectacles de Patrice Chéreau : L'Affaire de la rue de Lourcine de Labiche, L'Héritier de village de Marivaux, Les Soldats de Lenz.

Ensemble, ils s'installent à Sartrouville. En 1968, Jean-Pierre Vincent quitte Sartrouville et rencontre Jean Jourdheuil avec qui il fondera la Compagnie Vincent-Jourdheuil, Théâtre de l'Espérance en 1972.
Ils montent un spectacle qui fait date, La Noce chez les petits bourgeois de Brecht au Théâtre de Bourgogne en 1968, Le Marquis de Montefosco d'après Goldoni au Grenier de Toulouse, La Cagnotte d'après Labiche à Strasbourg au T.N.S., Capitaine Schelle, Capitaine Eçço de Rezvani au T.N.P. de Georges Wilson à Chaillot en 1971.
Et puis encore Dans la jungle des villes de Brecht, Woyzeck de Büchner, En r'venant d'l'expo de Jean-Claude Grumberg et surtout La Tragédie optimiste de Vichnevski.

En 1975, après l'expérience du Tex-Pop (Théâtre Expérimental Populaire) installé au Palace, à Paris, la Compagnie se dissout d'elle-même avec le départ de Jean Jourdheuil. C'est à ce moment qu'est proposée à Jean-Pierre Vincent la direction du Théâtre National de Strasbourg. Avec sa bande de comédiens fidèles, accompagné de metteurs en scène et de dramaturges (Bernard Chartreux, Michel Deutsch, André Engel, Dominique Müller...), s'entourant de peintres-scénographes pour les décors (Nicky Rieti, Titina Maselli, Lucio Fanti, Jean-Paul Chambas), il se lance dans l'aventure à travers l'exploration de l'histoire de la France et des Français : Germinal, Vichy fictions, Le Misanthrope, Le Palais de Justice... Autant de spectacles qui s'inscrivent dans une même démarche, une même philosophie. Avec son travail préparatoire pour chaque spectacle qui s'étale sur plusieurs mois, avec ses lectures, ses enquêtes, sa traque du document, de la vérité où s'engagent dramaturges et comédiens. Avec ses rencontres, ses visites sur le terrain, comme lorsqu'il s'agit, par exemple, de descendre dans la mine pour Germinal.
Avec, encore, son école pas comme les autres, pleinement intégrée dans la vie du théâtre.

Ce n'est que vers la fin de son dernier mandat qu'il réalise en dehors de Strasbourg le Don Giovanni, de Mozart au Festival d'Aix en Provence (1982) et Les Corbeaux d'Henry Becque à la Comédie-Française, sur l'invitation de Jacques Toja.

Un an après la mise en scène des Corbeaux, il est nommé Administrateur de la Comédie-Française (août 1983). On lui doit la création de Félicité d'Audureau, l'entrée au répertoire du Balcon de Genet dans une mise en scène de Georges Lavaudant, la venue de Klaus-Michael Grüber pour Bérénice, celle de Luca Ronconi pour Le Marchand de Venise. Avec Jean-Pierre Vincent, arrivent de nouveaux pensionnaires : Dominique Valadié, Catherine Sauval, Muriel Mayette, Jean-Yves Dubois...

Il choisit en 1986 de quitter l'Administration de la Comédie Française pour se livrer entièrement à son activité de metteur en scène, mais aussi de professeur au Conservatoire national Supérieur d'Art Dramatique. Il va de théâtre en théâtre pour monter Le Mariage de Figaro de Beaumarchais (Théâtre National de Chaillot, 1987), 0n ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset (Théâtre de Sartrouville, 1988), Le Faiseur de Théâtre de Thomas Bernhard (TNP Villeurbanne, 1988), La Nuit les chats (Théâtre ouvert, 1989), Oedipe et les Oiseaux - Trilogie (Festival d'Avignon 1989, Nanterre-Amandiers, 1989), La Mère coupable de Beaumarchais (Comédie-Française, 1990), Le Chant du Départ d'Ivane Daoudi (Théâtre de Nice et Théâtre de la Ville, 1990 ).

En juillet 1990, il prend la direction du Théâtre des Amandiers à Nanterre où il présente, en octobre, Les Fourberies de Scapin de Molière (créé trois mois plus tôt dans la Cour d'Honneur du Festival d'Avignon). Le spectacle tourne dans toute la France avant d'être repris en juin 1991 au Théâtre Mogador à Paris.

Il alterne depuis les créations de textes contemporains : Princesses de Fatima Gallaire (mai 1991, prix du syndicat de la critique - meilleure oeuvre francophone), Un homme pressé de Bernard Chartreux (mars 1992) et les spectacles du cycle Musset " Enfant du siècle " : Fantasio et Les Caprices de Marianne (octobre - novembre 1991), On ne badine pas avec l'amour et Il ne faut jurer de rien (février - mars 1993), Woyzeck (octobre 1993), Combats dans l'Ouest de Vichnievski (avril 1994), Thyeste de Sénèque (septembre - octobre 1994), et Violences à Vichy 2 de Bernard Chartreux (mai - juin 1995).

Il met en scène pour l'Opéra de Lyon (reprise à Nanterre en janvier 1995) Les noces de Figaro de Mozart sous la direction musicale de Paolo Olmi. (repris à Nanterre, puis à nouveau à Lyon en 1996)
Après Tout est bien qui finit bien de William Shakespeare, il crée Karl Marx Théâtre Inédit en mars 1997, puis Le jeu de l'amour et du hasard de Marivaux en avril 1998 (tournée en France et à l'étranger : USA, Grande Bretagne, Russie...), puis Le Tartuffe ou L'Imposteur, comédie de Molière, en novembre 1998.

En mai 1999, il a mis en scène Pièces de guerre d'Edward Bond, spectacle réalisé avec les élèves de l'Ecole Régionale d'Acteurs de Nice (ERAC).

Après la tournée internationale du spectacle Le jeu de l'amour et du hasard, Jean-Pierre Vincent a mis en scène au Théâtre des Amandiers, en janvier 2000, Homme pour Homme de Bertolt Brecht.

En mars 2000, au Théâtre du Châtelet il a mis en scène Mitridate, opéra de Mozart.

En juillet 2000, il a créé Lorenzaccio d'Alfred de Musset au Festival de Marseille. Ce spectacle a été repris à la Cour d'Honneur du Palais des Papes du 26 au 30 juillet 2000, puis au Théâtre des Amandiers en octobre et novembre 2000, avant une tournée en France.

En avril 2001, avec les Acteurs Amateurs des Amandiers, il a mis en scène Le Drame de la vie de Valère Novarina.

En septembre 2001, L'Echange (première version de 1893) de Paul Claudel est sa dernière mise en scène au Théâtre des Amandiers qu'il quitte le 31 décembre de la même année.

Il fonde alors, toujours avec Bernard Chartreux, mais aussi ses compagnons de travail Jean-Paul Chambas, Alain Poisson et Patrice Cauchetier, sa nouvelle compagnie : " Studio Libre ". Subventionnée par le Ministère de la Culture, la compagnie entreprend des co-productions avec les grands théâtres. Vincent et Chartreux font aussi partie du Comité Pédagogique de l'ERAC, et consacrent une grosse part de leur activité à cette école. Ainsi, en 2002, ils présentent un spectacle de sortie de l'Ensemble 10 au Festival d'Avignon, puis à la MC93 de Bobigny : Le fou et sa femme ce soir dans Pancomedia de Botho Strauss.

C'est en 2003 au Théâtre de la Colline qu'il monte pour la première fois une pièce de Jean-Luc Lagarce : Les Prétendants (prix de la meilleure mise en scène, décerné par le syndicat de la critique).

En 2004, après un détour chez Edward Bond avec Onze débardeurs, il monte Derniers remords avant l'oubli de Jean-Luc Lagarce (tournée en 2004/2005). En mai 2005, il est invité par le festival de Syracuse en Sicile à mettre en scène Les Sept contre Thèbes d'Eschyle au théâtre grec, spectacle repris cet automne au Teatro Olympico de Vicenza.

En 2006, il met en scène Les Antilopes de Henning Mankell, accueilli au Théâtre de La Criée.

Il est membre du Conseil d’administration du Festival d’Avignon.

Présentation mise à jour le lundi 09 janvier 2012

Vous avez d'autres informations ? N'hésitez pas à compléter cette biographie !

theatre-video.net